الموقع باللغة العربية Festival Algérie   Le mot de la commissaire Un festival, une organisation Le programme Presse CONTACT éditions Précédentes


Le Mot de la Commissaire

Hamida M’HAMSADJI AGSOUS Par Madame Hamida M’HAMSADJI AGSOUS,
Commissaire du Festival


Depuis son institutionnalisation en 2009, ce festival se place essentiellement dans une optique de valorisation, de mise en avant du talent créatif des femmes. C’est son objectif : promouvoir la création féminine.

Certes, tout le monde s’accorde à dire que le talent, le génie créateur des femmes s’exerce dans tous les domaines, mais tout le monde sait également que les femmes sont encore trop nombreuses à devoir lutter contre les clichés stéréotypés et les discriminations chaque fois qu’elles veulent s’exprimer à travers les arts et la création.

Depuis sa 1ère édition en 2010, et jusqu’à celle de 2016 (la 7ème) ce festival a mis en lumière le travail de près de 500 créatrices qui activaient dans l’ombre, sans carte d’artisane, sans publicité aucune et qui pourtant jouissaient d’un talent indéniable. Elles travaillaient à la perpétuation de notre patrimoine artistique ancestral tout en lui impulsant des idées nouvelles.

Le festival les a rendu visibles, leur a donné accès à l’espace public, leur a appris à se faire connaitre et les a aidées à faire connaitre leurs produits. Cette promotion de leur savoir-faire a même permis à certaines d’entr’elles de « faire école » en ouvrant des ateliers de formation.

Aujourd’hui, elles transmettent leurs techniques et leur amour du patrimoine à des dizaines de jeunes filles à travers tout le territoire national.

Afin de permettre la promotion de la création féminine dans tous les domaines d’expression artistique, le comité d’organisation du festival a adopté un principe : choisir pour chaque édition un thème en rapport avec un art particulier.

C’est ainsi que nos choix se sont portés sur :

le tissage " dans tous ses états " pour la 1ere édition (en 2010)
- la broderie ou " la fil ’harmonie " pour la 2ème édition (2011)
- "Atours de toujours ", les accessoires du costume pour la 3ème édition (2012)
- "Les arts de la terre" (poterie, céramique, mosaïque, sculpture) pour la 4ème édition (2013)
- "D’orge et de blé" l’art culinaire à partir de céréales pour la 5ème édition (2014)
- "Constantine, essences créatives" dans le cadre de Constantine capitale culturelle arabe (le festival a invité et promu des artistes venues de Constantine) pour la 6ème édition (2015)
- "récup’art" (l’art du recyclage) pour la 7ème édition (2016)

Pendant toutes ces éditions des jeunes filles et des femmes de tous âges ont été sélectionnées selon la qualité de leurs travaux et ont pu exposer leurs œuvres.

Lors de la dernière édition, en 2016, nous avions même une participante de 80 ans qui fabriquait des meubles en carton (nous étions dans le thème du recyclage et de la réutilisation de matériaux ayant déjà servi).

Concernant cette huitième édition, le comité d’organisation a voulu s’interroger sur la façon dont notre jeunesse perçoit les arts du patrimoine.

Nous voulions savoir comment nos jeunes filles et jeunes femmes appréhendent les arts du patrimoine et comment elles les interprètent.

Ceci d’une part, mais nous voulions également tenter d’avoir une idée sur la transmission de nos savoir-faire ancestraux de la génération des années 80/90 vers celle des années 2010-2018.

D’où la décision prise par le comité d’organisation de fixer un âge limite pour la participation à cette édition :

- avoir moins de 40 ans pour participer au thème 1 : les arts du patrimoine (tels que tissage, broderie, poterie, céramique, mosaïque, peinture et sculpture)

- avoir moins de 30 ans pour participer au thème 2 : les arts graphiques ou visuels (tels que photographie, infographie, conception d’affiches, de logos, de flyers, réalisation de vidéo etc…)

La différence d’âge imposée pour les thèmes 1 et 2 s’explique par le fait qu’il est nécessaire de pratiquer plus longtemps les arts du patrimoine pour les intégrer vraiment et pouvoir y apporter des innovations.

Ce qui n’est pas le cas pour les arts du thème 2 qui s’apprennent plus rapidement, et parfois de manière autodidacte, grâce aux nouvelles technologies de communication.

On peut donc voir, par le choix de ces deux thèmes, que nous n’avons pas ciblé que le patrimoine mais que nous nous sommes intéressés à tout ce qui concerne le traitement de l’image également.

Nous connaissons tous l’attirance des jeunes vers tout ce qui concerne l’image, qu’elle soit réelle ou virtuelle, photographique ou cinématographique, elle fascine les enfants, les adolescents et les adultes.

Qu’en est-il des jeunes filles et jeunes femmes ? Sont-elles attirées par la représentation picturale de la réalité autant que les jeunes gens ? Comment la traitent-t-elles ? Que préfèrent-t-elles ? La reproduire sur une toile, à travers un appareil photographique ou une caméra ?

Nous espérons que les œuvres des participantes à cette édition vont nous permettre de répondre à ces questions et de découvrir de vrais talents.
  Haut de Page ^



Exposition

Jeunes regards sur les arts
Animations Culturelles

Conférences et spectacles
Revue de presse
Photothèque

La galerie photos du festival

Vidéothèque

Les vidéos du festival 2018

Facebook

le festival est présent sur Facebook. Un espace d'échange et d'informations pour être au plus près du l'évènement, pendant le festival, mais aussi toute l'année. Pour être les premiers informés de notre actualité,...

Copyright © 2010 - 2018 Festival National de la Création Féminine Algérie
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement